Des levures qui soulagent pour le SII

Avec une prévalence mondiale entre 5 à 15%, le syndrome de l'intestin irritable (SII) représente 40% des consultations chez le gastroentérologue. Il a un cout estimé à plus de 20 milliards de dollars/an aux Etats Unis et est une des principales cause d'absentéisme au travail. Son étiologie est multifactorielles et l'efficacité des traitements est souvent décevante.

De plus en plus de preuves s'accumulent sur le rôle la flore intestinale dans le SII. C'est ainsi que différents essais utilisant des traitements dirigés vers la flore ont été effectués : antibiotiques, régime limitant les aliments contenant des glucides ou sucres qu'on dit « fermentescibles », prébiotiques et probiotiques.

Les probiotiques sont une grande famille puisqu'ils regroupent des organismes vivants : bactéries, virus, parasites et levures qui, donnés en quantité suffisante ont un effet bénéfique chez l'hôte. Aujourd'hui seuls les probiotiques appartenant à la famille des lactobacillus et/ou bifidus (bactéries) semblent être efficaces dans le SII sans qu'on en connaisse les mécanismes d'action.

Des travaux récents effectués chez le rat ont montré pour la première fois l'efficacité d'une levure sur la douleur abdominale, similaire à celle obtenu avec de la morphine. Il s'agit d'une nouvelle souche de Saccharomyces cerevisiae (CNCM L-3856). Forts de ces résultats, l'équipe de recherche lilloise du LIRIC (Lille Inflammation Research International Center) à l'origine de ce travail, a cherché à en évaluer ses effets chez l'homme.

Une étude clinique randomisée en double aveugle versus placebo a été effectuée chez 179 personnes présentant un SII. Pendant 8 semaines, la moitié du groupe a reçu des capsules de Saccharomyces cerevisiae et l'autre moitié des capsules identiques contenant un placébo.

Outre la bonne tolérance de ce probiotique, cette étude a montré pour la première fois le rôle d'une levure (Saccharomyces cerevisiae CNCM L-3856) dans la réduction de la douleur et de l'inconfort abdominal sans modifier la fréquence et la consistance des selles. Cet effet débute après la 4ème semaine d'administration de la levure et s'estompe 1 semaine après l'arrêt du traitement.

Cette souche de Saccharomyces cerevisiae pourrait être un outil thérapeutique prometteur chez les sujets atteints du syndrome du côlon irritable et ce d'autant plus, que les levures ont de nombreux avantages comparés aux bactéries : résistance naturelle à l'action des antibiotiques et des phages, meilleure robustesse contre les acides gastriques et sels biliaires, plus forte capacité à réguler la réponse immunitaire innée.

Références
Alimentary Tract
« A randomized clinical trial of Saccharomyces cerevisiae versus placebo in the irritable bowel syndrome »
Guillaume Pineton de Chambrun, Christel Neut, Amélie Chau, Murielle Cazaubiel, Fanny Pelerin, Peter Justen, Pierre Desreumaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies publicitaires et statistiques.
En savoir plus J'accepte