Rôle du microbiote dans les MICI

Il semble actuellement bien établi que la flore intestinale ou microbiote joue un rôle clé au cours des MICI. Différentes observations et travaux illustrent ce fait :

  • Chez les malades atteints de MICI, différentes populations bactériennes sont modifiées (dysbiose). Des bactéries potentiellement pathogènes (telles que Escherichia coli, Listeria monocytogenes, Yersinia enterocolitica et Mycobacterium paratuberculosis) sont trouvées en excès tandis que la concentration de bactéries bénéfiques du groupe des Firmicutes est diminuée à la fois en espèces et en proportion. Les localisations les plus fréquentes des MICI coïncident avec les zones où se trouvent la plus haute densité de bactéries dans le tube digestif (iléon terminal et côlon).
  • Chez les patients pour lesquels une intervention chirurgicale s’était avérée nécessaire, le risque de récidive précoce est d’autant plus important que le taux d’une certaine bactérie (Faecalibacterium. prausnitzii) est bas. Dans les modèles animaux de MICI, l’administration de cette bactérie ou des molécules qu’elle sécrète réduit l’inflammation intestinale et améliore nettement la survie. De même, une maladie inflammatoire intestinale ne se développe pas si les animaux sont maintenus en milieu stérile dès la naissance.

Toutes ces observations ouvrent la voie à de nouvelles perspectives de recherche, la mise en place de nouveaux outils diagnostics et de nouveaux espoirs thérapeutiques et préventifs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies publicitaires et statistiques.
En savoir plus J'accepte