La voie PI3 kinase

Les relations entre inflammation et cancer ont fait l'objet de nombreuses études et il a été démontré que comparé à la population générale, les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) ont un risque accru de développer un cancer colorectal. Cependant, les mécanismes moléculaires à l'origine du développement de cancer chez ces patients ne restent que peu connus. Dans un article publié dans Gastroenterology, Ana Gonzalez-Garcia et coll. ont montré le rôle de l'isoforme g de la PI3 kinase (PI3Kg) dans un modèle animal (souris) de MICI et de cancer colorectal1.

Dans cette étude, les souris déficientes pour la PI3Kg montrent :

- Une inflammation colique réduite ainsi qu'une diminution de l'incidence et du nombre de tumeurs, corrélées à une diminution du recrutement des neutrophiles, des macrophages et des lymphocytes CD4+ et à une réduction de la synthèse de cytokines inflammatoires (IL-1b, IL-6 et TNF-a).

- Un taux supérieur de cellules T gd, connues pour leur fonction protectrice au cours de la colite.

Ces résultats soulignent le rôle important de la voie PI3K dans la régulation de la réponse immunitaire. En conséquence, des inhibiteurs spécifiques de la voie PI3K et en particulier de la PI3Kg pourraient constituer une nouvelle approche thérapeutique dans le traitement des MICI et des cancers associés.

 

1. Gonzalez-Garcia, A., Sanchez-Ruiz, J., Flores, J. M. & Carrera, A. C. Phosphatidylinositol 3-kinase gamma inhibition ameliorates inflammation and tumor growth in a model of colitis-associated cancer. Gastroenterology (2009).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies publicitaires et statistiques.
En savoir plus J'accepte