Anti-TNF alpha,

Les immunosuppresseurs occupent une place très importante dans le traitement de la maladie de Crohn (près de 56% des malades). Quant aux Anti-TNF alpha, ils en ont révolutionné la prise en charge en diminuant le recours à la chirurgie, réduisant le nombre d'hospitalisations, permettant un sevrage des corticoïdes et une cicatrisation muqueuse endoscopique et améliorant la qualité de vie des malades.
Si ces traitements ont prouvé leur efficacité, le risque de complications infectieuses et néoplasiques est une préoccupation.
Une étude rétrospective portant sur plus de 8000 malades durant une période de 11 ans a été effectuée afin de comparer le risque de développer une de ces complications pour la prise d'un traitement par Adalimumab (ADA) par rapport à un immunosuppresseur (IS). Le suivi médian était de 330 jours dans le groupe ADA et de 427 jours dans le groupe IS. Ce travail a permis de montrer que bien que les malades traités par ADA ont une forme plus sévère de la maladie, il n'y a pas de surrisque de développer une complication infectieuse ou néoplasique par rapport à un traitement immunosuppresseur classique.

Références

D'après Colombel JF et al. absract OP102, UEGW Amsterdam 2012

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies publicitaires et statistiques.
En savoir plus J'accepte