Les parallèles entre les malades et notre skipper solidaire !

Des nouvelles de notre marin Romain Rossi Navigateur. après un bon départ dimanche 4 novembre à Saint Malo, les conditions météo ont forcé notre skipper amateur à prendre une décision difficile mais raisonnable pour pouvoir aller au bout de son rêve, de son défi : se dépasser pour nous aider à trouver les causes de la maladie de Crohn! STOP à Lorient en attendant le passage de 2 grosses dépressions ! Puis il a rejoint l'Espagne, où il est en stand by actuellement, laissant les conditions météo se calmer avant de repartir pour atteindre la Guadeloupe !

Suivez les aventures de Romain sur le Fondation DigestScience sur notre page color facebook 128

Le Pr. Pierre Desreumaux nous explique pourquoi  : Être atteint d'une maladie chronique comme la maladie de Crohn peut déclencher un trop-plein d'émotions... se mettre en mode course pour notre marin puis devoir s’arrêter aussi !"

20180924 095038Les parallèles sont nombreux entre la vie du marin et celle des malades. Les personnes atteintes de Crohn peuvent faire face à des épreuves difficiles à l’image de la traversée d’un océan. Courage, ténacité, solidarité, toutes ces qualités d’un bon marin rejoignent les valeurs que portent au quotidien les personnes qui se battent contre la maladie.

Mais l’effet miroir ne s’arrête pas là.

Etre atteint d’un Crohn, cette condition médicale peut altérer la composition biochimique des zones du cerveau qui contrôlent les émotions. Il en va de même pour les sportifs comme Romain Rossi qui lors de compétitions voient leur adrénaline et leur dopamine modifier leur humeur. La gestion des émotions devient extrêmement difficile d’où l’utilité d’un bon coaching avant course. Et là, notre marin s’était mis en mode course et a du maintenant géré une longue attente dont il ne maîtrise pas les causes…à l’image des malades qui se retrouvent souvent démunis devant l'attente d'un diagnostic, la fin d’une poussée ou d’une rémission.

Vivre avec une maladie inflammatoire de l’intestin (Crohn et RCH) entraîne un profond "chamboulement" de la vie personnelle, professionnelle, relationnelle ; tout comme ce qu’a vécu Romain pendant les 3 ans de préparation de ce défi un peu fou mais solidaire.

De nombreux autres parallèles très concrets peuvent être faits entre la vie du malade et celle du marin :

  • L’adaptation : pour les malades apprendre à apprivoiser sa maladie chronique qui durera toute sa vie et pour le marin qui doit apprivoiser les éléments
  • Le doute pour les malades (attente de l’efficacité d’un traitement….), le doute pour le marin face à la gestion de l’imprévu comme ce départ tant attendu puis cet arrêt imposé par la météo
  • Le soutien nécessaire de la famille et de l’entourage
  •  le combat permanent contre les symptômes et pour effectuer de simples tâches quotidiennes / le combat contre la nature
  •  Se dépasser pour avoir une qualité de vie la plus « normale » possible / se dépasser pour atteindre ses objectifs personnels
  • L’isolement : même si le patient veut interagir socialement, ses symptômes et sa psychologie peuvent l'en empêcher ; pour Romain, 20 jours en solitaire avec comme seule ressource son mental et sa préparation.

 BO 2032Pierre Bouras SDNL’attente que soit à Lorient ou en Espagne, réclame à notre marin solidaire de maitriser toutes les points ci-dessus. Nul doute que sa détermination, sa concentration et sa motivation, lui permettront de rallier Pointe à Pitre et de démontrer ainsi qu’il se dépasse pour donner de l’espoir aux malades : Faire connaître et reconnaître la maladie de Crohn, en trouver les causes pour pouvoir enfin la prévenir et la guérir !

 

Pr. Pierre Desreumaux, Président DigestScience, Professeur de gastroentérologie à l’Université et au CHU de Lille, Fondateur et Directeur du centre de recherche LIRIC Inserm 995

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies publicitaires et statistiques.
En savoir plus J'accepte